Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au sous menu | Aller au menu pratique | Aller aux liens divers | Aller à la recherche
AccueilDécouvrir La Brède > PatrimoineSur les pas de Montesquieu

Sur les pas de Montesquieu

 
Des bornes d’informations touristiques ont été disposées dans le centre bourg de La Brède afin de mettre en valeur les principaux monuments et lieux que Montesquieu a connus :

L’Église

Eglise
Eglise

Construite au XII ème siècle, après avoir subi des transformations et restaurations au XVIe, XVIIIe et XIXe siècles, l’église a conservé son portail roman d’origine. La nuit du 23 novembre 1854, le clocher, alors plus petit, s’est effondré. En 1866, le grand clocher encore présent aujourd’hui, fut construit. Cette oeuvre de Gustave Alaux tire son style néo-roman de la hauteur de sa flèche qui culmine à 40 mètres. Son architecture spéciale, son haut clocher et ses sculptures remarquables en font un chef d’oeuvre qui rompt stylistiquement avec ceux de la région. Nous remarquons, à la base du clocher, un tétramorphe. Représentation des 4 évangélistes autour du Christ en majesté selon la vision d’Ezéchiel : Mathieu, Marc, Luc et Jean. C’est en ce lieu, le 18 janvier 1689, que Charles-Louis de Secondat, le futur Montesquieu, fut baptisé juste après sa naissance. Jacques de Secondat, le père de Montesquieu, choisit un mendiant, Charles, comme parrain « afin que toute sa vie, il se rappelle que les pauvres sont ses frères ». Les ancêtres et les parents de Montesquieu sont enterrés dans l’église.

La Place Montesquieu

Place Montesquieu
Place Montesquieu

En 1510, Louis XII accorde au seigneur de La Brède, le droit d’établir un marché le samedi et quatre foires annuelles, dont celle de la Sainte Luce, en décembre. Le seigneur Jean de la Lande fait ériger un édifice modeste, en bois, sur cette place de la Halle. Dans le « Parquet de Justice », petit bâtiment accolé à la halle (démoli en 1810), dès le Haut Moyen-Âge, les seigneurs de La Brède exercent « pouvoirs de haute, moyenne et basse-justice, au nom du roi ». En 1774, le fils de Montesquieu fait reconstruire la halle. En 1810, la municipalité la rénove en rehaussant le toit. Des bals dansants et fêtes de carnaval y sont organisés. Dès 1903, les riverains réclament sa démolition. En 1926, la commune rachète le bâtiment et le démolit. Depuis l’inauguration du monument, en juillet 1938, elle s’appelle « Place Montesquieu ». En 1823, dans son testament, François de Paule Latapie (1739-1824) souhaite l’élévation d’un monument à la gloire du Philosophe. Cet édifice « Art déco » réalisé par le sculpteur bordelais Rispal et l’architecte Hébrard, est inauguré le 31 juillet 1938, après souscription internationale, sur cette place. « L’Esprit des lois » et les « Lettres persanes » sont symbolisés, de part et d’autre de l’écrivain.

Le Moulin du bourg

Moulin du bourg
Moulin du bourg

Dans ce moulin, Montesquieu a été élevé par sa nourrice jusqu’à ses 4 ans. Son éducation et son enfance à la campagne feront de lui le Grand homme qu’il est devenu : grand penseur, noble de province, mais avant tout un gascon fidèle à ses terres. Sensibilisé dès son plus jeune âge à son terroir et à la vigne, doué d’un bon sens paysan, il s’attache toute sa vie à faire fructifier ses propriétés. Conscient des richesses qu’elles représentent pour lui, il écrit justement à ce propos : « Ce qui fait que j’aime être à La Brède, c’est qu’à La Brède, il me semble que mon argent est sous mes pieds. A Paris, il me semble que je l’ai sur mes épaules. » En 1904, ce moulin permit l’électrification du Bourg de La Brède, grâce à M.ANIZAN, grand-père de l’actuel propriétaire.

Remerciements

Ce projet a été réalisé avec l’aide de cinq étudiants, dans le cadre de leurs étude. Pendant plusieurs mois, ils ont travaillé aux côtés de Sylvie Dufranc, adjointe déléguée à la culture et Monique Brut, à l’écriture, la sélection d’images et de recueil de courts témoignages vidéos d’habitants de La Brède. Ils ont ainsi réalisé les textes documentaires des trois bornes ainsi que des vidéos consultables ci dessus.

Un QR code gravé sur chaque borne permet aux visiteurs de consulter ces vidéos avec son smartphone (après avoir téléchargé l’application gratuite QRcode).

La Municipalité félicite et remercie chaleureusement les étudiants Mathilde Dossun, Nikita Yakimov, Salim Mahhou, Perrine Ferré et Quentin Faure pour leur investissement dans ce beau projet.

 
Retour à la page précédente  Haut de page

'En Pratique

Lettre d'information