Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au sous menu | Aller au menu pratique | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

Sa vie

 
Charles-Louis de Secondat naît le 18 janvier 1689, à La Brède. Comme la plupart des enfants de la noblesse, il est confié, dès sa naissance, à une nourrice, habitant le Moulin du Bourg ; jusqu’à l’âge de 3 ans et demi, il vit comme un petit paysan et parle le gascon.

Ses études

Sa mère meurt en 1696. A 11 ans, son père l’inscrit au Collège de Juilly, près de Paris. A presque 17 ans, il revient à Bordeaux et après avoir obtenu le grade de bachelier en 1708, il passe une licence en Droit et devient Avocat au Parlement. Il repart quatre ans à Paris compléter ses connaissances juridiques.

Le 15 novembre 1713, son père meurt. Charles-Louis de Secondat, qui a 24 ans, devient baron de La Brède et prend en charge les nombreuses propriétés des Secondat.

Le baron de La Brède

1715. A 26 ans, il se marie avec Jeanne de Lartigue qui lui apporte en dot d’autres domaines viticoles, en Graves et dans l’Agenais. Puis en 1716, à la mort de son oncle Jean-Baptiste, il hérite d’autres propriétés en Entre-deux-Mers et de la Baronnie de Montesquieu. Il devient Président à mortier au Parlement de Bordeaux. C’est aussi l’année de son élection à l’Académie Royale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, que Louis XIV a fondé en 1712.

Très attaché à ses terres, il demeure au château au moment des vendanges, il arpente la propriété avec son régisseur. En 1716, son premier enfant, Jean-Baptiste, naît à Martillac. Naîtront Marie en 1717, puis Denise en 1727.

Dés 1747, il devient presque aveugle. Mais grâce à ses nombreux secrétaires successifs, il continue à écrire son œuvre.

Atteint de la grippe, il meurt d’une fluxion de poitrine, le 10 février 1755 à Paris. Le lendemain, on l’enterre dans une chapelle de l’Eglise St Sulpice. Le Conseil des Anciens, pendant la Révolution (1796) voudra lui faire, comme à Voltaire et Rousseau, les honneurs du Panthéon. On ne retrouvera ni sa tombe ni sa dépouille, l’Eglise Saint Sulpice et son cimetière ayant été profanés pendant la Terreur...

Les documents attachés

« Je me souviens » ou « L’esprit du lieu…Charles-Louis de Secondat »

Document PDF - 143.2 ko - Publié le 24 février 2011
Consulter le document
 

'En Pratique

Lettre d'information